Industrialiser

Être efficace avec le bon poste ou ne pas être !

Vous viendrait-il à l’idée d’enfoncer les clous avec un tournevis ? Dans l’atelier, choisir le bon établis, la bonne desserte, la bonne position est fondamentale pour accroitre la productivité sans fatigue supplémentaire, améliorer la sécurité.
Objectif : gains de productivité, hausse du présentéisme, baisse des accidents du travail, réduction des troubles musculosquelettiques, satisfaction des utilisateurs. Vous connaissez votre métier, nous connaissons le nôtre.

Quelques conseils pour réussir ensemble.

Choisir le bon piétement

La position assise, debout ou assis-debout, la nature du travail à exécuter, les contraintes du milieu ambiant, le besoin d’outils de proximité, le besoin de mobilité ou de changement d’utilisation guidera vers le choix.

Choisir le bon plateau

A chaque domaine d’application sa nature de plateau. A chaque métier sa surface de travail. Des parois de fond ou de côté, viendront si besoin, entourer le plan de travail pour limiter les chutes

Les accessoires

Accessoiriser, c’est optimiser les gestes, augmenter la précision, protéger le matériel et faciliter les manipulations.

Avec quoi ?

3 matériaux de piétement, fixe, réglable en hauteur ou sur roulettes, classique, renforcé ou équipé de tablettes
8 matériaux de plateaux disponibles pour répondre aux besoins de la tâche, dans une infinité de dimensions, composable à l’infini.
Des accessoires pour chaque métier et chaque individu : Consoles, bras articulés, luminaires, connexions électriques réseau et fluides, tablettes, caissons de rangement à portes ou à tiroirs avec des aménagements intérieurs pour outils et quincaillerie…

Choisir la bonne embase et la bonne hauteur

Stable et à la bonne hauteur, sur patins ou sur roulettes, avec ou sans repose-pieds, des choix prépondérants pour travailler sereinement.

La bonne mécanique pour allier confort et facilité d’accès

Les mouvements du corps doit-être accompagnés le plus possible pour soulager les efforts. Le plus sophistiqué n’est pas forcément le plus adapté

Avec quoi ?

Des sièges réglables en hauteur en fonction de la hauteur du plateau, des matériaux adaptés aux produits utilisés, une mécanique adaptée à la personne et aux mouvements.

Définir le volume et la distance par rapport à l’opérateur

Rangement commun, individuel ou partagé, le rangement conditionne la rentabilité et protège le contenu. Pour réussir son rangement d’atelier, il convient de partir de l’usage et non pas du volume.

Aménager

Un aménagement intérieur étudié permettra d’optimiser le volume de rangement, d’organiser le classement, de protéger le contenu. Les produits toxiques nécessitent une attention tout à fait particulière.

Ajouter un niveau de sécurité

Certains produits ou documents nécessitent une protection supplémentaire. A chacun risque, une technologie que ce soit pour le vol, l’incendie, les produits toxiques, les produits inflammables, les produits phytosanitaires, les armes. Et n’oublions pas nos « geeks » : des armoires avec dispositifs de chargement de batteries… Voir aussi notre onglet « Stocker »

Avec quoi ?

Coin des astuces

Utiliser au maximum les roulettes pour rendre mobiles et agiles vos ateliers, minimiser les investissements en déplaçant les outils et les pièces détachées. Accessoiriser tous les modules de rangement pour réduire les temps de recherche, pour protéger votre matériel et votre outillage. Organiser vos espaces pour supprimer les déplacements improductifs. Nous collaborons avec des ergonomes qui vous permettront d’obtenir des subventions.

Matériaux :
Si les structures en métal sont les plus utilisées, en inox dans certains cas, certains milieux ambiants nécessitent les structures en bois massif.
Les rangements seront nécessairement en métal pour résister aux charges lourdes et à l’usage fréquent.
Pour les plateaux choisir en fonction de l’usage :

      • Le multipli ou le lamellé-collé pour les travaux de mécanique, emballage
      • Le mélaminé ou le stratifié pour la mesure
      • L’Urphène ou le Nitrile pour les produits chimiques dont l’huile
      • La tôle d’acier ou inox pour le frottement et la résistance aux impacts…

Finition :
Et si on utilisait la couleur ? Couleur pour égayer, mais aussi pour repérer, sectoriser.
Et si on réduisait les bruts par des accessoires ? Silence pour éviter les fatigues mais aussi facilité la concentration.

Et si on utiliser la hauteur et la profondeur ?

Le réflexe est de penser que l’on n’a pas assez de place, qu’il va falloir agrandir ou déménager. Il suffit de lever la tête pour constater que nous n’utilisons que la moitié de la surface existante, surface qui nous coute une fortune (loyer / crédit, chauffage, alarmes, impôts…), alors que le volume est gratuit.
Et maintenant, comptons les couloirs. Sont-ils tous bien utiles, bien répartis ?
Vous venez d’éviter un déménagement…

Quelques conseils pour équiper votre dépôt.

Stocker le plus haut possible

Tous les systèmes de stockage sont disponibles en grande hauteur.

Stocker sur la profondeur

Minimiser les passages augmente la capacité de rayonnage. Si possible, utiliser les bases mobiles, le stockage par accumulation, ou le rayonnage dynamique

Démontage/remontage

Déplacer ses tablettes ou longerons et les accessoires sans outils pour s’adapter rapidement aux nouveaux produits

Adopter le bon rayonnage

A l’intérieur ou à l’extérieur, produits alimentaires, milieux hospitaliers chambres froides, produits toxiques, c’est possible en choisissant les bons matériaux. Pour les charges longues, le stockage vertical peut s’avérer économe en surface.

Voir aussi notre onglet :  Travailler/Ranger et accessoiriser

Avec quoi ?

Le système de plateforme autoporteuse permet de doubler voire tripler les surfaces existantes. Nos rayonnages supportent une plateforme intermédiaire et peuvent être installés sous la forme accumulation pour supprimer les couloirs. Le système de liaison des tablettes et longerons se fait par crochetage et sans outils.

Bacs et casiers

Pour occuper au maximum le volume créer, équiper vos rayonnages de bacs, de casiers, de séparateurs voire de tiroirs.

Platelage :

Pour stocker des boites ou de palettes de tailles différentes, utiliser un platelage dont la nature est à définir (bois, tôle lisse ou en caillebotis).

Bacs de rétention :

Pour récupérer les liquides en cas de fuites, dont certains sont toxiques ou certains mélanges dangereux.

Avec quoi ?

Tablettes inclinées ou galets :

Faire venir le colis à vous…

Chariots de manutention :

Transporter oui, mais un aller-retour pour plusieurs colis

Table élévatrice :

Mettez le chariot à la bonne hauteur. Vous n’avez plus qu’à pousser ou à tirer

Avec quoi ?

Coin des astuces

Utiliser le sol et la profondeur :
Le sol est un niveau déjà existant. En plus, c’est le niveau qui supporte la plus lourde charge. En fait, le niveau le moins cher et le plus capacitif !!! On pourra aussi stocker au sol les produits ou colis encombrants. En l’utilisant ainsi, il permettra sûrement de réduire les besoins en capacité du chariot élévateur et donc le montant d’investissement et du coût de fonctionnement.
En utilisant la profondeur, on réduit le nombre de couloirs. Cette solution permet des gains de capacité considérables.

Sécuriser :
N’hésitez pas à munir vos équipements des accessoires de sécurité pour le personnel bien sûr, mais aussi pour le matériel (protection d’échelles, grilles anti-chutes, platelages, butées…). Le vrai petit équipement qui génère de véritables économies.

Voir aussi notre onglet : Travailler/Ranger et accessoiriser

Organiser :
Un positionnement logique fonction de votre méthode de production ou de chargement évitera les déplacements intempestifs et minimisera les temps de recherche. Ajouter à cela un repérage, une indexation visuelle simple et nous voilà performant dans la gestion du temps. Nous collaborons avec des ergonomes qui vous permettront d’obtenir des subventions.
Compléter l’installation avec des accessoires de rangement pour optimiser le volume lors du stockage d’éléments peu encombrements et faciliter l’accessibilité des produits.

Matériaux :
L’acier peint répondra à la plus grande partie des besoins.
L’inox sera adapté pour les chambres froides, le domaine alimentaire, les laboratoires ou les hôpitaux
L’acier galvanisé sera adapté pour un usage extérieur

Pour bien commencer sa journée de travail

Souvent lieu négligé ou lieu considéré comme fonctionnel, le vestiaire est pourtant le site d’accueil pour tout le personnel travaillant à l’atelier.
Équiper ses vestiaires avec soin est le premier signe de considération à l’attention du personnel de production. La prise de travail devient plus agréable si la salle est accueillante et chaleureuse. Mieux encore le vestiaire devient un lieu d’échanges et sera source de solutions à bien de problèmes de production ou de sécurité.

Nos conseils pour votre vestiaire.

Préférer le vestiaire monobloc soudé :

Rigidité assurée et facilité d’installation

Le vestiaire pour industrie propre ou industrie salissante :

avec séparateur verticale amovible pour séparation vêtement de travail et vêtements personnel dans le cas d’industrie salissante.
2 largeurs de colonne disponibles L=300 ou L=400. Possibilité de vestiaire porte en « L » pour un gain de place (2 personnes en L=400)

Le vestiaire à cases :

2 largeurs de colonne disponibles L=300 ou L=400, et de 2 à 5 portes par colonnes.
Ils sont disponibles en version visitable, système fréquemment utilisé dans les collèges et les lycées ou les sites où les cases doivent être accessibles sans l’utilisateur.

Le vestiaire pompiers ou métiers avec gros équipement :

Plus largement dimensionné, il permettra le rangement de tenues lourdes, de casques et d’accessoires de travail.

Les armoires à linge :

Pour la gestion du linge de travail. Soit pour déposer le linge sale, soit pour distribuer le linge propre

Voir aussi l’onglet : travailler/collaborer/ pour les vestiaires et casiers de bureau

Avec quoi ?

Une gamme complète et homogène disponible dans une multitude de dimensions de cases et de systèmes de fermeture. Des versions en acier, inox, résine, stratifié ou mélaminé. Possibilité d’inventer le vestiaire pour votre métier.

Vérifier les accès :

Optez pour le vestiaire démontable uniquement si nécessaire

Ventiler la pièce :

Equiper la pièce d’une VMC si la ventilation naturelle n’est pas suffisante, voire d’un purificateur d’air bactéricide, fongicide, virucide si le milieu le nécessite.

Vérifier le milieu ambiant :

Utiliser l’inox, le stratifié, l’option chauffée et ventilée en milieu humide

Nature des sols :

Prévoir un matériau lavable à grandes eaux avec une légère pente et un syphon d’évacuation

Sécuriser l’installation :

Relier les vestiaires latéralement et/ou dos à dos pour créer des ensembles stables

Eviter le dépôt d’objets ou d’aliments :

Prévoir une coiffe inclinée sur le haut, un système d’ouverture avec passe partout pour accéder à l’intérieur de la case

Indiscipline ou malveillance :

Prévoir des systèmes de fermeture interchangeables

Faire sécher les vêtements :

Choisir un vestiaire séchant pour la bonne hygiène pour les personnes subissant des projections, les milieux froids ou milieux chauds.

Purifier désinfecter :

Traiter l’air contre les bactéries, les virus, les champignons et désinfecter si nécessaire, particulièrement pour les laboratoires, la chimie, la pharmacie, le médical, l’alimentaire…

Avec quoi ?

Des couleurs, des matériaux, des options, des produits complémentaires, y compris des armoires vestiaires séchantes et des produits stérilisants et désinfectants performants et certifiés.

Coin des astuces

Varier les dimensions des cases :
Tous les métiers ne nécessitent pas forcément la même tenue. Choisir la bonne case peut être judicieux pour une économie financière ou de place

Matériaux :
L’acier peint répondra à la plus grande partie des besoins. L’inox ou la résine sera adapté pour les chambres froides, le domaine alimentaire, les laboratoires ou les hôpitaux. Une porte translucide permettra de voir le contenu du vestiaire sans l’ouvrir

Faire un mixte de fermetures :
Préférer une serrure interchangeable ou au moins un système de fermeture permettant au responsable d’ouvrir la porte sans la fracturer (passe-partout, code maître…)
Choisir la serrure à clé ou le cadenas pour les CDI, la clé prisonnière ou le digicode pour les CDD ou intérimaires.

Surélever vos casiers et vestiaires :
Pour permettre le nettoyage voire le nettoyage au jet d’eau, surélever vos casiers et vestiaires par des pieds, des socles ou des socles bancs